Pourquoi les tablettes intéressent-elles les enseignants ?

article_tablette_succes

L'apport pédagogique des tablettes n'est pas flagrant. Comme pour tous les dispositifs d'éducation numérique, il est difficile de savoir quel est l'impact véritable de ce nouvel outil sur la réussite des élèves. Cependant la tablette est appréciée par les enseignants, et ce n'est peut-être pas sa forme de netbook amputé du clavier qui fait la différence. L'absence du clavier est même parfois gênante en classe. L'accès aux ressources est en fait le point fort du dispositif : l'enseignant serait en mesure d'exercer plus facilement sa liberté pédagogique dans la sphère numérique grâce aux tablettes. De plus, sur les différentes places de marché d’applications les quantités d’applications à caractère pédagogique sont astronomiques.


La tablette n’est jamais malade. Voilà son principal avantage par rapport à la flotte d’ordinateurs portables constitutifs de la classe mobile ou du parc installé dans la salle informatique. Pour l’instant le système immunitaire de ces nouveaux terminaux n’est pas inquiété par une profusion de virus. Aucune clé USB n’a encore contaminée les quelques tablettes qui acceptent d’entretenir des relations avec elles. Les tablettes démarrent en quelques secondes. L’enseignant n’a pas à mener l’enquête pour savoir quel petit malin a volé la souris ou changé les touches du clavier. L’autonomie de huit heures en moyenne permet d’accepter plus facilement les oublis des élèves ou des collègues qui, en fin de séance, ne branchent pas le terminal à son chargeur. Les plantages et les redémarrages intempestifs sont également très rares. Bref, l’informatique est moins anxiogène pour l’enseignant avec ce type de terminal mobile.

Moins de stress pour les enseignants

Un mot de passe suffit pour verrouiller la plupart des fonctions et notamment l’installation de logiciels. Fini les fonds d’écran ridicules ou les sabotages perpétrés par des hackers en herbe.  L’administration système est réduite à sa plus simple expression. Les mises à jour du système d’exploitation et des applications se font le plus souvent automatiquement. Les applications installées sont par défaut entièrement compatibles avec le système d’exploitation. La gestion des licences et l’accès à plusieurs milliers d’applications est également facilité. L’installation des logiciels souhaités se fait en un clic.

Par des moyens techniques et une ergonomie logicielle efficace, l’enseignant peut exercer pleinement sa liberté pédagogique dans la sphère numérique puisqu’il choisit en autonomie les outils qu’il va utiliser pour faire son cours. Avec l’achat simplifié et le peu de maintenance nécessaire, il est indépendant de son collègue responsable du système d’information de l’établissement et même parfois de l’intendant. Les applications qu’il choisit sont évaluées par les utilisateurs directement sur la plateforme : il peut lui-même donner son avis sur la ressource. Par des délégations de pouvoir facilitées, le fossé se réduit entre la personne qui prescrit une ressource, celle qui en fait la demande, celle qui établit le bon de commande, celle qui paie et au final celle qui va l’utiliser. Grâce à la tablette, ces cinq personnes se retrouvent plus facilement fondues dans l’enseignant, qui gagne en pouvoir et en capacité d’action.

La plus-value de la tablette ne réside donc pas forcément dans sa forme. Bien au contraire, certaines d’entre elles n’acceptent pas de prise Ethernet ce qui oblige des communautés éducatives à faire le choix du wifi à contrecœur ou à se passer de ce type de terminal. L’absence de clavier réduit les capacités de cet appareil souvent utilisé comme une simple liseuse ou un exerciseur tactile pour les jeunes élèves. Les travaux les plus simples sont difficiles à effectuer avec une tablette, comme les activités reposant sur les outils bureautiques et la saisie de textes ou de données.

Le fond logiciel, clé du succès

L’écosystème logiciel de la tablette n’est pas celui auquel les enseignants sont habitués. Certains outils spécifiques très populaires chez les enseignants ne sont pas encore portés sur l’ « androïd market », l’ « Apple store » ou le « Windows store » et ne le seront peut-être jamais. Enfin, même si les acteurs de ce marché font des efforts, il était difficile jusqu’à très récemment de disposer d’outils de gestion de flottes et de supervision adaptés aux besoins de l’enseignant.

La forme de ce nouveau terminal ne détermine pas entièrement son succès. La tablette est légère, personnelle, mais elle quitte peu la classe et passe de main en main durant la journée. Plus encombrant, le portable faisait table rase en remplaçant avantageusement sur la table de l’élève le cahier d’exercice, le manuel scolaire, parfois la trousse.

Les acteurs du marché du PC pourraient s’inspirer de l’environnement particulier des tablettes qui facilite considérablement l’accès aux ressources. Ils pourraient par exemple proposer un client à télécharger et à installer sur les ordinateurs portables de la classe mobile ou sur les ordinateurs fixes de la salle informatique. L’administration système pourrait être simplifiée en mettant à la disposition des enseignants une place de marché pour les applications éducatives. Ces solutions sont déjà disponibles pour la vidéo à la demande, l’achat et l’utilisation de jeux vidéo dématérialisés sur PC. Installation, désinstallation, mise à jour, licences, tout cela est géré depuis un serveur distant qui héberge les profils des utilisateurs-acheteurs.

Certains constructeurs ont déjà développé leur marché pour leur système d’exploitation et des navigateurs internet disposent aujourd’hui également de ce type de « market » pour des extensions mais aussi pour des applications indépendantes. Les ressources pédagogiques sur PC attendent ce type de « store » universel.

Partager cet article :  
  • LinkedIn
  • viadeo FR
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • RSS
  • email
An image of a Sony Tablet S on a table, with the screen showing the device in a "locked" state. 30 November 2011. Caesar Wong. This file is licensed under the Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported license.

Articles liés :

17 réponses à “Pourquoi les tablettes intéressent-elles les enseignants ?

  1. Pingback : Pourquoi les tablettes intéressent-elles les enseignants ? | Logicamp

  2. Pingback : Tablettes - Pearltrees

  3. Pingback : Tablette Smartphone by TICE - Pearltrees

  4. Pingback : Revue de presse (22 décembre 2011) — histoire.lyonelkaufmann.ch

  5. Pingback : Tablettes - Pearltrees

  6. Discussion autour du pourquoi. à suivre…

  7. Voir site pour « alimenter » la discussion…

  8. Pingback : tablettes - Pearltrees

  9. Pingback : Pourquoi les tablettes intéressent-elles les enseignants ? | gpmt | Scoop.it

  10. Pingback : TABLETTES TACTILES TABLETTES NUMERIQUES IPAD ARCHOS... by TICE - Pearltrees

  11. Pingback : Pourquoi les tablettes intéressent-elles les enseignants ? | neottia nidus-avis

  12. Pingback : Pourquoi les tablettes intéressent-elles les enseignants ? « la bibliothèque, et veiller

  13. Pingback : Pourquoi les tablettes intéressent-elles les enseignants ? | Internet, école et Pedagogie | Scoop.it

  14. Pingback : Enseigner avec et en numérique | Pearltrees

  15. Pingback : Ipad & tablettes | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>