Les TIC dans l’éducation : l’innovation par définition ?

article_tic_innovation

Depuis le milieu des années 2000, les réformes des programmes dans l’enseignement primaire, secondaire et supérieur ont mis en avant le concept d’innovation. Sommés d’être innovants dans leurs pratiques professionnelles, les enseignants doivent également enseigner l’innovation et la créativité. Au fur et à mesure que les technologies de l’information et de la communication s’imposent dans le domaine de l’éducation, innover devient en effet une nécessité : pressé par le monde qui l’entoure, le système éducatif doit s’adapter. Il a désormais pour mission de former des citoyens capables de trouver leur place dans un système productif tertiarisé et dominé par l’économie de la connaissance et les innovations de produits, lors que les services et procédés règnent en maîtres.


Suite à des avancées majeures dans le monde du numérique, une grappe d’innovations secondaires et incrémentales touche l’éducation. L’arrivée d’internet dans les salles de classe oblige les enseignants à repenser leur pratique professionnelle en prenant en compte le réseau. Mais l’accès à internet, rendu possible durant le cours à travers le navigateur de l’ordinateur personnel, n’est que la partie émergée de l’iceberg : des terminaux mobiles et tactiles, des ressources interactives et immersives, des services ubiquitaires et ergonomiques changent la donne en profondeur.

Dans ce cycle d’innovations qui débute à peine et pourrait durer encore quelques générations (comme ceux décrits par Schumpeter avec l’apparition en Europe de la machine à vapeur couplée à la métallurgie puis à l’électricité et au moteur à explosion…), il n’est pas envisageable de patienter un demi-siècle avant de développer une stratégie d’innovation pour l’éducation en France.

Une école analogique peut-elle préparer des élèves au monde numérique ?

Les pressions extérieures sont de plus en plus fortes sur le système éducatif français : après avoir demandé aux enseignants de former leurs enfants à l’usage citoyen des technologies de l’information et de la communication, les Français s’alarment désormais du fossé existant entre l’école et l’entreprise, entre l’école et la maison. La question que posent les parents d’élève est assez simple : une école analogique peut-elle préparer des élèves au monde numérique ?

Les acteurs de l’éducation sont de plus en plus nombreux à proposer des innovations pour améliorer la qualité de l’enseignement. Avec la dématérialisation des ressources pédagogiques diminuant les coûts de production, associée à des stratégies de valorisation des contenus générés par les utilisateurs, les entrepreneurs s’y mettent : chaque jour une nouvelle start-up propose une ressource ou un service innovant à l’usage des élèves ou des enseignants. Au cœur du système d’éducation, les enseignants s’intéressent toujours plus aux projets innovants. Le concours des enseignants innovants organisé par le Café Pédagogique et Microsoft Education rassemble ainsi chaque année plus d’une centaine de projets. Les journées de l’innovation organisées par le ministère de l’Education nationale ont permis de montrer une sélection d’une vingtaine de projets innovants soutenus par les académies.

La nécessité de mieux valoriser la capacité d’innovation des enseignants

Cependant, ces attentes fortes, internes et externes, ne semblent pas encore suffisantes pour la mise en place d’un plan national destiné à conduire les stratégies d’innovation adéquates dans l’éducation. Pour l’instant seuls 120 projets sont mis en avant chaque année alors qu’un million d’enseignants exercent en France. Sur ces 120 projets, une grande partie a été conduite par des enseignants plus ou moins isolés sans un véritable suivi ou soutien de l’institution. La liberté pédagogique ne suffit pas à l’enseignant pour mettre seul en place un projet innovant ambitieux tout en assurant son évaluation et sa transférabilité pour que ses collègues en bénéficient.

Des innovations de produits ont été conduites par des enseignants qui ont inventés de nouvelles ressources ou de nouveaux services pédagogiques. Il faut désormais favoriser les innovations organisationnelles permettant aux établissements de mieux valoriser le potentiel d’innovation des enseignants. Pour réaliser ces innovations préalables en rapport avec la distribution des besoins, des soutiens, des formations adéquates aux innovateurs de l’enseignement primaire, secondaire et supérieur toutes les énergies et toutes les idées sont bonnes à prendre.

Partager cet article :  
  • LinkedIn
  • viadeo FR
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • RSS
  • email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>